Communiqué de Stop-THT - RTE s’obstine à rêver de sa nouvelle ligne THT et construit les gendarmeries qui vont avec

Lundi 18 avril 2011 // Communiqués, CR, docs

Voir aussi le communiqué : La catastrophe nucléaire de Fukushima nous rend encore plus légitimes à demander l’ARRÊT des constructions de l’EPR et de la THT.

- le compte-rendu du déboulonnage

- une réponse juridique plus complète de notre avocat :
http://www.stop-tht.org/Reponse-a-RTE.html


Ce 14 avril le gestionnaire du Réseau de Transport de l’Electricité (RTE) communique dans les média ( ici et ici ) sur sa certitude que "EPR ou pas, la ligne THT doit être construite". Rappelons que la seule justification officielle de la ligne THT Cotentin-Maine est la connexion du nouveau réacteur nucléaire EPR en construction à Flamanville.

Depuis les pseudo-débats publics de 2005-2006, les autorités, RTE et les élus pro-nucléaires, n’ont eu cesse de nous rabâcher que, le nouveau réacteur nucléaire EPR se faisant, on ne pouvait éviter la construction d’une nouvelle ligne THT. L’enquête publique de 2009 a eu aussi son lot de moments grandioses où des commissaires enquêteurs nous prenaient de haut en affirmant qu’il n’était plus temps de parler de la pertinence de construire la THT puisque l’EPR était lancé...

Or la catastrophe nucléaire japonaise, toujours en cours et probablement hypothéquant l’avenir des millions d’habitants, fait apparaître une remise en cause de l’EPR. Nous avons toujours dénoncé l’aberration de cette construction de l’EPR en plus de débats nouveaux sur les impacts controversés des lignes THT.

Pour nous, il est donc désormais grand temps d’arrêter la folie qui impose aux populations des risques démesurés, que ce soit les risques nucléaires ou les risques sanitaires des THT.

Il est hors de question pour nous de laisser se construire la THT et l’EPR. Ces deux projets doivent cesser. Notre détermination sur le terrain doit se nourrir de l’actualité récente. RTE n’a plus rien de service public, mais, au contraire, défend une vision productiviste, autoritaire, inhumaine de la société nucléaire qui nous menace tous.

La société que l’entreprise semble défendre est celle où il faut davantage de production, davantage de nuisance et de moins en moins de liberté. L’exemple de la construction de la nouvelle gendarmerie de Périers, avec le soutien financier de RTE est révélateur des priorités de l’entreprise et des élus qui la soutiennent. Faut-il y voir une gendarmerie au service de RTE et prête à réprimer les prochaines mobilisations légitimes des habitants opposés à l’EPR et la THT ?

Fausse légalité du nucléaire, contre vraie légitimité des populations : la ligne THT ne se fera pas !

Pique-nique militant, le samedi 23 avril 2011 à 12h à Raids (50), autour du poste électrique en construction.
D971, route de Périers à Carentan, accès chantier face à la ferme pédagogique de la Tournerie :

JPEG - 327.6 ko

Voir le reportage de France 3 concernant la gendarmerie de Périers :

L’article de France 3 :

RTE a financé une partie de la nouvelle gendarmerie, au grand dam des écologistes

La nouvelle gendarmerie de Périers, dans la Manche, est inaugurée ce vendredi. Sur le carton d’invitation figure le logo de RTE (Réseau de transport d’électricité), un logo qui fait tiquer certains élus, comme Francis Couillard, écologiste et président de la communauté de communes. Il a décidé de boycotter la cérémonie.

Le coût de la construction de la nouvelle gendarmerie s’élève à 1,4 millions d’euros. RTE en a financé, indirectement, près de 20% en apportant 300 000 euros. Cette somme a été versée dans le cadre des dédommagements attribués aux collectivités traversées par la ligne THT (très haute tension).

Cette ligne à 400 000 volts, appelée "Cotentin-Maine", doit acheminer sur plus de 160 km le courant produit par le futur EPR de Flamanville vers la Bretagne et le Maine via la Manche, le Calvados, l’Ille-et-Vilaine et la Mayenne. Le projet a suscité de nombreuses oppositions de la part des riverains et des associations écologistes.

Si les écologistes s’offusquent du fait qu’un service public d’Etat soit financé par une entreprise, la direction de RTE dénonce les amalgames. Les 300 000 euros s’inscrivent dans le cadre du plan d’accompagnement de projet, une enveloppe de 20 millions d’euros versés par RTE, 10 % du montant total des travaux de la ligne THT. Cette enveloppe est placée sous la responsabilité des préfets des départements concernés. Dans chaque préfecture, un comité de pilotage, composé d’élus, de représentants professionnels, de personnalités qualifiées, examinent les projets que leur présentent les collectivités et décident de l’attribution des financements.

La nouvelle gendarmerie de Périer a coûté 1,4 millions d’euros. RTE en a financé une partie.