La justice s’intéresse à des militants anti-EPR et anti-THT

Mercredi 11 février 2009 // Actions

Huit de nos militants ont été convoqués durant la dernière semaine de janvier 2009 et le 11 février 2009, devant un juge d’instruction de Rennes pour une occupation de pylônes de ligne Très-Haute-Tension qui avait eu lieu en mai-juin 2007, dans la région de Fougères. Cette action avait été revendiquée au nom du Ganva (groupe d’actions non-violentes antinucléaires) mais elle avait aussi impliqué des militants associations locales. Même si il ne s’agit pas encore d’un renvoi devant un tribunal, sept militants ont été mis en examen et le dernier a été auditionné en tant que témoin assisté.

RTE (gestionnaire du Réseau de Transport d’Electricité) est à l’origine de cette insistance à poursuivre ces militants non-violents qui, par leur action spectaculaire, avaient voulu dénoncer justement le mépris et les mensonges de RTE au sujet des lignes THT. L’action visait aussi à pointer du doigt le déni de démocratie qui entoure la construction de l’EPR, réacteur nucléaire en chantier à Flamanville, cause de la construction de la nouvelle ligne THT Cotentin-Maine.

L’action, à l’époque, avait suscité une forte mobilisation des opposants à l’EPR et à la THT, allant même jusqu’à faire réagir plusieurs candidats aux élections législatives. Les militants avaient mis en lumière l’absence de démocratie qui permettait à ces deux projets de voir le jour. Localement ces constructions industrielles à but purement commercial, ont fait et font toujours l’unanimité contre elles, mobilisant de plus en plus d’élus locaux qui contestent l’autorité de l’état pour son manque de respect du principe de précaution.

Un an et demi après, cette action reste légitime. RTE a tout récemment été condamné à 400.000 euros de dommages et intérêts pour des agriculteurs de Corrèze. Auparavant, cette même entreprise qui s’acharne sur ces militants , avait été reconnue coupable pour avoir faussé des mesures d’expertises(juridictions administratives à Grenoble et Lyon).
De l’aveu même de certains politiques, RTE a une façon de travailler qui est déplorable, choquante, arrogante et méprisante.

On peut se demander s’il est bien nécessaire de poursuivre des citoyens qui, conscients des dangers que les politiques énergétiques actuelles font subir aux générations actuelles et futures, ont le seul tort d’avoir permis une médiatisation de nos revendications.

D’autres militants du groupe d’actions non-violentes antinucléaires (Ganva) sont passés devant le tribunal correctionnel de Caen, début janvier, pour une action de blocage de train de déchets nucléaires.
Ainsi, plusieurs militants, ayant participé à des actions revendiquées au nom du Ganva, font face à des poursuites judiciaires. Nous vous invitons à les soutenir en envoyant vos dons, à l’ordre de CACENDR, avec inscription au dos du chèque « Soutien GANVA » (adresse : Cacendr, 5 rue du 15 septembre 1944, 54320 Maxeville). Si vous désirez que votre contribution aille prioritairement au soutien de l’action « train », précisez le au dos du chèque. De même, si vous désirez que votre contribution aille prioritairement au soutien de l’action « pylônes », précisez le au dos du chèque.

Contact : ganva [at] riseup [point] net

Voir en ligne : Le site d’où est tiré l’info